Historique

Le Théâtre de la banquette arrière est une troupe d’interprètes fondée en 2001 dont la démarche donne naissance à des créations contemporaines et à une écriture d’acteurs où se côtoient ludisme et engagement. Rose-Maïté Erkoreka et Éric Paulhus en assurent la direction artistique.

Les femmes de bonne humeur de Goldoni à la Salle Fred-Barry en 2002 marque le début de cette aventure qui dure depuis maintenant 15 ans. La pièce, mise en scène par Serge Denoncourt, traite du désabusement des gens face aux relations amoureuses et de la surconsommation.

Betty à la plage de Christopher Durang suit en 2004 au Théâtre La Licorne sous la direction de Patrice Dubois. On y questionne le sensationnalisme et le désir de divertissement à tout prix dans un univers très éclaté et grinçant. La production est nommée pour le Masque de la production – Montréal

En 2005, ils plongent dans la création en défendant la langue de Mathieu Gosselin, membre de la compagnie, au Festival du Jamais lu avec La fête sauvage, sous la direction de Claude Poissant. La pièce, produite à La Licorne en 2006, leur permet de raconter avec humour la puissance de l’amitié face au deuil. Le texte est finaliste pour le Masque du meilleur texte original et son auteur comme Révélation de l’année.

Autobahn de Neil La Bute est présenté au Théâtre La Licorne en 2008. La compagnie continue sa recherche autour de la complexité humaine en abordant, avec Martin Faucher, l’importance des mots justes et des non-dits dans la communication.

La reprise de La fête sauvage en 2009 au Théâtre La Licorne ainsi que dans 5 maisons de la culture de Montréal marque une victoire pour la Banquette arrière qui voit pour la première fois une de ses productions être remontée.

Avec la création collective Silence radio, portant sur le désir d’absolu et la solitude humaine, présentée à Espace libre en février 2010, la compagnie franchit un pas de plus vers la précision de son identité artistique.

Les Mutants est créée à guichet fermé en janvier 2011 à Espace Go. La réponse du public et de la critique est du premier coup enthousiaste. La production, mise en scène par Sylvain Bélanger, est finaliste pour le Prix de l’Association des critiques de théâtre 2011 – Montréal. Elle a été ensuite reprise en 2012-2013 au Théâtre La Licorne ainsi qu’en tournée au Québec.

Pour célébrer ses 10 ans, la compagnie propose au Théâtre de La Licorne, durant la saison 2011-2012, le texte de Mathieu Gosselin, Province. Les dix membres fondateurs sont réunis pour la première fois sur scène sous la direction de Benoît Vermeulen.

La Banquette s’amène pour la première fois au Centre du Théâtre d’Aujourd’hui en novembre 2014 avec l’audacieuse production Damnatio memoriae, une pièce de Sébastien Dodge, membre de la troupe, qui en signe aussi la mise en scène. Il y est question d’abus de pouvoir et de corruption en empruntant le parcours barbare de la chute de l’Empire romain.

La saison 2015-2016 est à nouveau sous le signe de la création avec la présentation de Voiture américaine de Catherine Léger, récipiendaire du Prix Gratien-Gélinas en 2006 pour l’écriture de cette œuvre d’anticipation où l’homme se retrouve dépouillé de ses biens de consommation et doit réapprendre ce que sont ses valeurs et besoins fondamentaux. Philippe Lambert en assure la mise en scène.

C’est en septembre 2016 que le Théâtre de la Banquette arrière célèbre ses 15 ans en grandes pompes. En effet, pour la première fois de son existence, la troupe se produit sur un grand plateau. Un beau clin d’œil au passé alors que 15 ans plus tôt, elle montait son seul autre classique (Les femmes de bonne humeur de Carlo Goldoni) dans la petite salle de cette même institution théâtrale.

Ainsi pour la saison 2016-2017, sur invitation de Claude Poissant, elle envahit avec fougue la scène du Théâtre Denise-Pelletier pour y présenter un classique revampé: Le Timide à la Cour de Tirso de Molina. Avec la complicité des interprètes, le metteur en scène Alexandre Fecteau fait ressortir l’éternelle complexité des rapports amoureux et la parole des femmes qui y est souvent bafouée. Grand succès à la fois critique et public, la production du Timide prouve qu’après 15 ans d’existence, le Théâtre de la Banquette arrière est plus vivant et pertinent que jamais au sein du paysage artistique montréalais.